Étapes de la vie chrétienne

Les sacrements sont dons de Dieu à son Église.
Ils rendent visibles l’Amour et la Présence de Dieu. Au-delà de la personne qui reçoit le sacrement et devient ainsi « sacrement » pour l’Église, il y a la parole d’amour de Dieu à son Église, et à travers l’Église à l’humanité tout entière. Si donc on avait la tentation de penser que le sacrement ne concerne que la personne humaine et Dieu, on ferait une grave erreur. Supprimez l’Église : il n’y a plus de sacrement, plus de parole de Dieu à son Église. Tous les sacrements sont sacrements de l’Église, c’est pourquoi celle-ci veille attentivement à la bonne compréhension de ce que chaque baptisé demande à vivre tout au long de son existence ; c’est pourquoi tout sacrement implique une préparation sérieuse.

Le baptême

Le baptême : naître à Dieu et à l’Église. Par le sacrement du baptême, Dieu permet aux hommes de reconnaître sa paternité divine sur chacun d’eux, et les appelle à vivre en filles et fils de Dieu, unis dans le même amour, unis dans une même famille : l’Église. Chaque baptisé reçoit également la mission d’être visage du Père au sein de l’humanité.

L’ordre du Christ aux apôtres a été de « faire des disciples » et de les baptiser ensuite au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit… Cet ordre a été vécu à la lettre aux premiers siècles, et c’est pourquoi le baptême d’adulte demeure le modèle du baptême. Mais quand les adultes avaient été saisis par le Christ, ils ont désiré que les êtres qui leur étaient chers (c’est-à-dire leur famille, leurs enfants) reçoivent eux aussi le baptême, les baptisés sont devenus disciples (après et non plus avant le baptême) par la catéchèse et la vie en Église, unis à leurs parents, eux-mêmes vivant en Église.

Pour un adulte, le parrain était celui qui faisait connaître le Christ au non-baptisé, le faisait devenir disciple et, par le baptême, l’introduisait au sein de l’Église dont il était lui-même membre par son baptême. C’est toujours le même rôle, la même mission que l’Église confie au parrain et à la marraine pour un petit enfant. C’est pourquoi l’Église n’accepte comme parrain ou marraine que des baptisés, confirmés ayant au moins 16 ans, et qu’il est demandé à ces derniers de fournir un acte de baptême, un certificat de confirmation (ou, s’ils ne sont pas confirmés, y réfléchir et exprimer leur engagement à entamer une démarche de préparation à la confirmation, proposée dans leur paroisse). Être parrain ou marraine, c’est recevoir la mission d’être père ou mère de la foi auprès de son filleul et d’accompagner le filleul au sein de l’Église. C’est cela que l’Église demande aux parrains et non pas le « tutorat » en cas de décès des parents, tutorat que seuls les notaires peuvent authentifier. Un non baptisé ne peut donc logiquement être ni « parrain/marraine », ni « témoin » comme certains disent, car le mot « témoin » est réservé aux baptisés d’une autre confession chrétienne, qui peuvent être pères de la foi commune aux baptisés sans être ceux qui font entrer dans la communauté, puisqu’ils ne font pas partie de la même communauté. Pour l’Église, un seul parrain ou une seule marraine suffit. Il n’y a aucune obligation d’avoir à la fois un parrain et une marraine, un seul suffit.

En pratique

Pour les bébés jusqu’à 3 ans : Les parents qui demandent le baptême pour leur enfant doivent se présenter au moins trois mois avant la date envisagée. Le prêtre et l’équipe de préparation au baptême les inviteront ensuite à une réunion pour approfondir le sens du baptême, les parents présenteront l’enfant qui recevra le baptême à la communauté paroissiale à l’occasion d’une messe dominicale (soit le samedi soir à 18h soit le dimanche matin à 9h30 ou 11h), enfin ils seront convier à l’une ou l’autre rendez-vous. Contacter le presbytère

Petits enfants de 4 à 6 ans : S’inscrire à l’Éveil à la foi pour accompagner le jeune enfant dans sa découverte de Jésus, et prendre rendez-vous auprès du Père Serard pour la demande de baptême. Contacter le presbytère

Catéchuménat des jeunes de 7 à 11 ans (primaire)S’inscrire au catéchisme et prendre rendez-vous auprès du Père Serard pour la demande de baptême. Contacter le presbytère

Catéchuménat des jeunes de 11 à 18 ans (collège-lycée) : S’inscrire à l’aumônerie et prendre contact auprès du Père Serard pour la demande de baptême. Contacter le presbytère

Catéchuménat des adultes : Contacter le presbytère

La confirmation : grandir en dieu et vivre une mission d’église

La confirmation est le sacrement qui permet à l’Église de se réjouir de l’action de l’Esprit Saint qui fait de chacun de ses membres des acteurs conscients en son sein, et des témoins joyeux au sein du monde, du bonheur qu’il y a de vivre en Église et dans la main de Dieu. Le confirmé est un chrétien en mission. 

Confirmation des jeunes : Elle est célébrée chaque année par notre évêque à l’église de Saint-Cyr-l’École, dans le cadre de l’Aumônerie. Les jeunes de 3e ou classes supérieures seront préparés trois samedis dans l’année plus une retraite d’un week-end. Contacter le presbytère

Confirmation des adultes : Dans le cadre du catéchuménat des adultes, il est proposé un cheminement sur 8 à 9 mois d’une réunion par mois. Contacter le presbytère

L'EUCHARISTIE : se nourrir de Dieu

L’eucharistie est le sacrement qui rend visible la communion qui existe entre le Christ Ressuscité et celui qui le reçoit en son être, comme nourriture de vie. Une première communion implique, cela va de soi, des communions fréquentes tout au long de la vie de l’enfant et de l’adulte.

Pour les enfants du catéchisme, les enfants qui désirent se préparer à recevoir pour la première fois l’eucharistie doivent prendre rendez vous avec le curé de la paroisse pour signifier cela. Puis plusieurs rencontre sont programmées dans l’année entre le mois de janvier et le mois d’octobre pour ce préparer à ce grand évènement. Enfin, l’enfant vivre pour la première fois, devant la communauté paroissiale, sa première communion.

Pour tout désir de Première Communion, quel que soit l’âge : Contacter le presbytère

Le sacrement de réconciliation : être témoin de la miséricorde divine

C’est le sacrement qui permet aux baptisés de découvrir la miséricorde infinie de Dieu à leur égard et d’en être le témoin par un profond changement de vie et une marche plus attentive sur le chemin de la sainteté. Des célébrations communautaires de la réconciliation, avec confessions individuelles, sont proposées au niveau du doyenné pendant les temps de l’Avent et du Carême, soit un peu avant Noël et avant Pâques. 

Pour les confessions tout au long de l’année, le père Serard se tient à votre disposition : 

– après chaque messe du matin en semaine

– pendant les temps d’adoration

– le samedi de 10 h à 12 h

– sur rendez-vous. Contacter le Père Serard

Le mariage : être signe de la relation sponsale de Dieu avec l’humanité

Le sacrement de mariage concrétise la réponse du couple à l’appel de Dieu qui leur demande d’être pour l’Église, au sein de la vie conjugale de chaque jour, signe de son amour et de sa présence. C’est une mission que les époux reçoivent, mission pour laquelle l’Église, sauf cas particulier, leur demande d’être baptisés et confirmés. La prise de conscience de cette mission se fait au cours d’une préparation d’au moins six mois pendant lesquels les fiancés participent :

– à trois soirées de dialogue avec deux autres couples de fiancés et un couple animateur,

– à trois rencontres avec le prêtre,

– à une rencontre générale « Bible et mariage »,

– à une messe paroissiale autour de la Saint-Valentin, en février, où ils sont présentés à la communauté et bénis tout spécialement,

– et pour ceux qui désirent s’investir plus, participer à une retraite de fiancés. 

La date du mariage ne peut être fixée qu’en accord avec la paroisse.

Contacter le presbytère

Le sacrement de l’Ordre : être au service de tous les baptisés

C’est le sacrement par lequel l’Église reçoit de Dieu les ministres dont elle a besoin pour la guider, l’enseigner, la sanctifier. Le jeune homme qui sent en son cœur l’appel du Seigneur est invité à confier cet appel au service diocésain des vocations de Versailles, qui discernera avec lui cet appel. Il peut déjà en parler au père Serard. 

Contacter le Père Serard ou le délégué aux Vocations : père Mathieu de Raymond – vocations@catholique78.fr

Le Seigneur appelle aussi certains membres de son corps à témoigner de son amour infini en se consacrant à lui. Il existe bien des formes de vie consacrée, si vous voulez en savoir plus vous pouvez contacter le Père Serard ou le délégué aux Vocations : père Mathieu de Raymond – vocations@catholique78.fr

Le sacrement des malades : vivre sa maladie avec Dieu

C’est le sacrement qui permet aux baptisés de s’en remettre en toute confiance entre les mains de Dieu lorsqu’ils sont malades, ou sur le point de quitter notre monde. Ils expriment ainsi leur foi en un Dieu qui les appelle à participer à Sa vie. Ce sacrement peut être reçu sous forme individuelle, accompagné alors par les plus proches du malade, ou sous forme communautaire. Une célébration aura lieu au cours de la messe du dimanche des malades, début février.

Contacter le Père Serard 

Obsèques religieuses : Rendre grâce pour la vie d'un proche

C’est la dernière étape du baptême. C’est la démarche des familles demandant à l’Église de les accompagner dans leur prière pour le défunt et dans leur deuil. La paroisse dispose d’une équipe d’accompagnement des familles dans le deuil, qui reçoit les familles, prépare et célèbre avec elles. Contacter les Pompes funèbres de votre choix, ce sont elles qui prendront contact avec le secrétariat de la paroisse pour organiser la préparation de la célébration. Coordinateurs de l’équipe :

Contacter le secrétariat : 01 34 60 06 05 ou le 06 79 22 65 40 en cas d’absence

Autres Bénédictions

Parmi les belles traditions des chrétiens au temps de Pâques, il faut rappeler celle de faire bénir sa maison par un prêtre.

Il s’agit de remercier le Seigneur, de placer sous sa protection tout ce qui se vit dans sa maison ou dans son appartement et de lui confier ceux qui y habitent et ceux qui y sont accueillis. Cette pratique est solidement enracinée dans la sagesse de l’Église, spécialement pour des jours privilégiés comme ceux du temps pascal qui se déroule jusqu’à la Pentecôte.

 

Il faut évoquer la liturgie d’Israël qui se souvient du sang de l’agneau pascal dont les Hébreux marquaient les montants de leurs portes au moment de la sortie d’Égypte (cf. Ex 12, 13). Jésus lui-même aimait visiter les maisons, comme celle de Lazare, Marthe et Marie ; à Zachée il dit : « Aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. (…) Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. » (Lc 19, 5.9). De plus il a donné une consigne aux disciples qu’il envoyait en mission : « Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison“ » (Lc 10, 5). Dans le Directoire sur la piété populaire et la liturgie (2001) l’Église présente cette coutume pleine de signification : « La bénédiction annuelle des familles, qui a lieu à leur domicile, se déroule ordinairement durant le temps pascal, ou à d’autres moments de l’année.

La bénédiction de la maison peut aussi se faire quand nous venons d’emménager dans un nouveau logement.

 Contacter le presbytère

D’autres motifs de demande de bénédictions :
– départ ou arrivée d’un pèlerinage
– femme qui attend un enfant
– objets de dévotions…