Dominicales 486 – Bonheur, mode d’emploi

Bonheur mode d’emploi, c’est par ces mots que nous pouvons en quelque sorte résumer le passage d’évangile que l’Église nous donne d’entendre ce dimanche.

Tout d’abord, nous pouvons être sensible à la primauté du choix de Dieu sur nous (Jn 15, 16) :  « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis ». C’est cette élection aimante de Dieu pour chacun d’entre nous qui est première. C’est bien une vocation, un appel du créateur à sa créature pour l’attirer à lui. Nous sommes appelés personnellement à répondre à l’amour de Dieu (Jn 15, 9‑10) : ­« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. ­Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. »

L’amour de Dieu appelle notre amour pour Dieu et pour notre prochain, et le modèle de cet amour c’est Jésus lui-même (Jn 15, 12‑13) : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. ­Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » C’est en cherchant à imiter le Christ que nous aimerons en Esprit et en Vérité ; c’est ainsi que nous nourrissons notre relation avec le Christ qui est appelée à devenir une amitié.

L’Église nous exhorte à être missionnaires de la joie. On ne peut pas être heureux si les autres ne le sont pas : la joie doit donc être partagée. Nous sommes invités à dire au monde notre joie d’avoir trouvé ce trésor qui est Jésus lui-même. Nous ne pouvons pas garder pour nous la joie de la foi : pour qu’elle puisse demeurer en nous, nous devons la transmettre. Saint Jean l’affirme : « Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous […] Tout ceci, nous vous l’écrivons pour que notre joie soit complète » (1 Jn 1, 3-4).

L’enjeu de cette amitié est notre joie. Cette joie ne peut pas être superficielle, elle est profonde parce que c’est un fruit de l’Esprit Saint, c’est même le deuxième que remarque saint Paul dans la lettre qu’il envoie en galates (Ga 5, 22) : « Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité… »

p. Serard+, curé