EDITO du 24 Octobre

Toussaint ou Halloween ?

Cette période de l’année, avec les jours qui raccourcissent, le froid et l’humidité, avec une certaine morosité ou lassitude dans notre monde depuis quelques mois, après les rentrées liées à l’année scolaire, bref cette période de l’année n’est pas forcément simple à vivre pour tout le monde.

Et pourtant, ces jours nous invitent à ne pas oublier un essentiel de notre vie : la sainteté ; en effet, dans quelques jours, nous allons vivre la fête de la Toussaint. Toussaint désigne le jour où nous célébrons tous les saints.

Dieu seul est saint (cf. 1Sm 2, 2), il semble donc à première vue que nous ne puissions pas dire toussaint. Mais depuis que Dieu s’est fait homme, nous savons qu’en cherchant à l’imiter, nous pourrons ainsi, nous-mêmes, être saints et c’est finalement là la source de notre plus grande joie car nous ne serons jamais aussi grands que lorsque nous serons saints.

Ainsi, il nous faut considérer trois choses. D’abord, ceux que l’Église a canonisé, c’est-à-dire ceux qu’elle nous donne en exemple pour leur imitation de Jésus. Ensuite, ceux qui nous ont précédé, parmi lesquels il y a sans doute des saints que nous ignorons, et pour qui nous prions le Seigneur, par sa miséricorde, qu’ils entrent dans la joie. Et enfin, il y a nous. Nous, les chrétiens qui avons reçu la promesse de cette joie par notre baptême. Saint Paul s’adresse aux chrétiens des communautés avec qui il communique en disant « les saints », de même nous pourrions être appelés « les saints qui sont à Fontenay ». Comment cela peut-il cohabiter alors que nous nous considérons encore comme pécheurs ? C’est bien parce que si dans l’éternité la sainteté est pleinement acquise, pour nous qui vivons dans le temps, c’est une histoire. Le saint curé d’Ars disait : « les saints n’ont pas tous bien commencé mais ils ont tous bien fini ».

Le saviez-vous ?

Le nom Halloween provient de la contraction de l’anglais « All Hallows Eve » signifiant « la veille de tous les saints », désignant ainsi la veille de la Toussaint.

p. Serard+, curé