Edito du 24 décembre

Pourquoi le 25 décembre ?

Notre calendrier liturgique est réparti en plusieurs cycles : le cycle de noël, le cycle de Pâques et le temps ordinaire.

Le cycle pascal est centré sur le dimanche de Pâques qui est célébré, dans l’église latine, le dimanche qui suit la première pleine lune de printemps.

Beaucoup plus simplement, le cycle de noël est centré sur la fête de la nativité de Jésus que nous célébrons le 25 décembre chaque année.

Le calendrier que nous utilisons est le calendrier grégorien (du nom du pape Grégoire XIII qui a demandé aux scientifiques de son temps de remplacer le calendrier julien au XVIème siècle). En démarrant le compte du temps à partir de la nativité de Jésus.

Nous pouvons nous demander pourquoi le choix de la date du 25 décembre pour célébrer la naissance de Jésus ? Il aurait peut-être été plus compréhensible de le célébrer le 1er janvier. Pour mieux comprendre cela, nous devons nous souvenir deux grandes fêtes de notre calendrier : Noël et Pâques. Ces fêtes ne sont pas uniquement précédées par une vigile mais elles occupent toute une octave, c’est-à-dire qu’elles « s’étalent » sur huit jours. En quelque sorte, pendant une semaine c’est Noël, ce qui ne nous empêche pas de faire mémoire des saints innocents, de saint Jean, de saint Etienne et la sainte famille (cette année le 26 décembre tombant un dimanche, la fête de la sainte famille sera prioritaire sur la mémoire de saint Etienne). Et surtout le dernier jour de l’octave sera l’occasion de fêter sainte Marie mère de Dieu le 1er janvier qui vient conclure cette octave.

                Joyeux Noël !              

p. Serard+, curé