Edito du 9 Janvier

Le baptême du Seigneur

Jusque-là, dans le judaïsme de l’époque, il y avait un courant (dont Jean-Baptiste faisait partie) qui proposait à ceux qui le souhaitaient de poser un geste extérieur marquant une volonté de changer de vie pour s’attacher davantage à Dieu.

Ce geste est un symbole fort mais reste extérieur.

Jean-Baptiste annonce que Jésus va permettre une grande nouveauté.

Ce n’est plus uniquement extérieur avec de l’eau mais, en gardant le signe de l’eau, c’est bien dans l’Esprit Saint et le Feu que nous sommes baptisés.

Ce n’est plus un acte extérieur qui témoigne d’une volonté mais c’est bien une transformation intérieure que Dieu opère en nous.

Pour manifester cela, Jésus reçoit le baptême de Jean-Baptiste pour nous montrer comment, nous aussi, nous pouvons recevoir le baptême dans l’Esprit Saint et le Feu, et nous permettre d’entendre le Père exprimer sa joie trouvée dans son fils.

Par Sa grâce, nous sommes appelés à provoquer sa joie par notre ressemblance au Christ.

La source de ce baptême est dans le mystère de la croix. Par la grâce du baptême, nous sommes associés au Christ qui nous permet de nous adresser à Dieu en l’appelant notre Père.

Par le baptême, nous sommes associés à la mort du Christ pour pouvoir ressusciter avec lui.

Par le baptême, la vie éternelle a déjà commencé.

p. Serard+, curé